« DisHollywood » ou le détournement satirique des héros Disney

« Dishollywood » est le dernier projet visuel de José Rodolfo Loaiza Ontiveros qui tente de fusionner la culture Disney et la pop culture. Inspiré tant par l’actualité que par la pop-culture, l’artiste détourne avec humour, impertinence et un zeste de provoc les icônes des plus célèbres dessins animés.

Le travail de José Rodolfo Loaiza Ontiveros rend hommage au monde de Hollywood et l’influence que le cinéma, la télévision et la musique vidéo a eu sur la culture populaire contemporaine.

Véritables curiosités visuelles, les œuvres de cet artiste à l’univers anachronique, pousse le spectateur à s’interroger sur ce qu’il voit et à s’approprier les codes de cette nouvelle réalité. Elles provoquent l’inattendue et révèlent la suggestion. L’univers de  José Rodolfo Loaiza Ontiveros est de l’ordre du fantasme.  A travers ces pièces, l’artiste crée un nouveau dialogue et invite les spectateurs à réécrire le script, à raconter de nouvelles histoires et « rêver » autrement.

Mais au-delà de l’aspect fantasmatique de « DisHollywood », l’oeuvre de José Rodolfo Loaiza Ontiveros est aussi une réflexion sur notre société. Il conçoit lui-même son travail comme étant un « baromètre destiné à questionner nos tolérances et remettre en cause le principe du ‘tout est bien qui finit bien’« . À travers ses œuvres, l’auteur dévoile le côté plus sombre de notre société contemporaine et n’hésite pas à aborder des thèmes sensibles comme l’homosexualité, la drogue ou encore les violences faites aux femmes.

Et, le désenchantement satirique de DisHollywood résonne étrangement juste lorsque l’on observe l’évolution des icônes Disney Channel vers le trash (Miley Cyrus, Britney Spears, Lindsay Lohan..).

Et sinon à quand  un Henri Dès sous acide ou un Casimir aux putes?